Pourquoi je suis devenu psy

Publié le par Psyblog

Commentaires

 

merci de ton passage chez nous, et surtout de ton long commentaire sur le "pourquoi écrire ?" auquel nous allons répondre "en coeur".
J'ai lu avec intérêt cette dernière note de toi...On ne devient sans doute pas psy par hazard : ne serait ce pas une vocation ?

 

Je consulte un psy depuis peu... ça fait la troisième fois que je tente de faire une analyse mais j'ai toujours fini par cessé d'y aller...
J'espère que cette fois j'aurai le courage de continuer et d'aller jusqu'au bout pour enfin etre mieux... et avoir des réponses ...
Vraiment.. j'espère que tous les psys ont eu cette révélation : aidez les autres... les aider vraiment...

 

Si je peux me permettre, je te renverrais bien à ma note "3 moments difficiles"...

Quant à savoir si tous les psys ont ce désir d'aider les autres, jose l'espérer...
On n'a pas tous cependant, le même moyen de le faire... Certains sont plus... ou moins... ça dépend des écoles, des formations.
Je connais des psys qui sont psys jusqu'au bout des ongles, mais tellement emprisonnés dans leurs principes qu'il manque chez eux le côté "humain" que je défends.
L'un de mes maitres disait que pour faire un psy, il falait la connaissance ET l'humanité. La connaissance, ça s'apprend, ça se travaille. L'humanité, l'humanisme (je ne sais quel mot choisir), c'est qulque chose qui tient davantage de notre histoire personnelle que de l'apprentissage.

Pour ce qui est de ton désir de, enfin, aller jusqu'au bout d'une analyse et aller mieux, courage...

 

Et si, comme moi, à 37 ans, on se sent de plus en plus attiré par le métier de psy?
En lisant cette note, je me rends compte que j'ai la vocation tardive, mais...
Ce que tu dis, je l'éprouve: avoir envie d'"essayer de faire en sorte que mes compagnons humains vivent le mieux possible, le plus possible en paix avec eux-même et avec les autres".
Mon métier est en rapport avec l'éducation. Peut-être y a-t-il une "passerelle" possible?

 

Ton métier "en rapport avec l'éducation" te permet déjà, j'espère, d'accompagner d'autres personnes dans leur mieux-être... ou La fonction de psy (ou approchant) sans le titre.

Quant à devenir psy, il n'y a qu'une voie possible : l'université, avec ses six ans d'études.
Il y a aussi des titres de psychothérapeutes, accesssible en formation privée, mais attention, ce n'est pas toujours très... sérieux... et ça ne permet pas de devenir psychologue (titre protégé par un diplome d'Etat, du moins reconnu par l'Etat)...

Une de mes amies a commencé ses études de psy à 40 ans... aujourd'hui, elle exrerce comme psychanalyste... Comme quoi, à 40 ans, 37, même, ce n'est pas "interdit"... Renseigne-toi...

 

Visiblement cela a été une très bonne chose....pour toi comme pour les autres.

Publié dans Le psy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Penny 25/05/2014 16:33


Bonjour,


 


Je"tombe" sur votre blog, après moult et moult questionnements ces derniers mois.Je suis (j'étais) étudiante en droit.cette discipline, je l'ai choisie, aimée aussi passionnément qu'il me fut
possible.Le tps passant, je vois que finalement,  la "Justice", l'intégrité,  la droiture n'existent chez pratiquement aucun être humain.JJe suppose que malgré tt, nous tentons de faire
de notre mieux avec les cartes en notre possession.JJe sais que j'aime écouter (activement), ne pas juger, tjrs chercber a comprendre et puis savoir que nos fragilités peuvent nous faire basculer
un jour ou l'autre.Aussi je cfois que peut être,  cette profession est celle qui e correspondrait . Rien que l'idee m'apaise,  mais j'ai deja 33ans!


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Mathilde 28/09/2011 03:41



Jute deux petites rectifications :


 


"Quant à devenir psy, il n'y a qu'une voie possible : l'université, avec ses six ans d'études."


En France (parce qu'on parle bien de la France, n'est-ce pas ?), il s'agit de 5 ans d'étude (contre 6 dans d'autres pays, effectivement).


 


"Il y a aussi des titres de psychothérapeutes"


Qui ne sont pas accessibles à "n'importe qui" : (extrait du décret de mai 2010 sur le titre de psychothérapeute) : "L'accès à cette formation est réservé aux titulaires d'un diplôme de niveau
doctorat donnant le droit d'exercer la médecine en France ou d'un diplôme de niveau master dont la spécialité ou la mention est la psychologie ou la psychanalyse."