La première fois

Publié le par Psyblog

Commentaires

 

Super cette note !! je sens que je vais l'imprimer car elle dit mieux que moi, ce que j'essaie de faire comprendre aux gens que je sens "mal", qu'une souffrance est une souffrance et n'a pas à être comparée...

je ne sais pas si tu as déjà évoqué un autre aspect (pas eu le temps de lire toutes tes notes) que je n'arrive pas à faire comprendre non plus à ceux pour lesquels je conseille d'aller voir quelqu'un de compétent, c'est à dire que l'inconscient étant justement inconscient, nous pouvons faire un certain travail seul mais il arrive un moment où nous n'avons plus accès, seul, à une partie de nous et que ce n'est pas non plus les copains ou amies qui peuvent aider car les affects et les projections nuisent à ce chemin

merci en tout cas de nous faire part de ton témoignage

 

Ta note est très pertinente mais c'est vrai que ça reste dur d'aller voir un psy. La 1ère fois pour mon cas c'éatait quand j'étais paumée par rapport à ma relation de couple, avec cet autre, et que je ne savais plus ! La honte d'aller consulter un psy pacre qu'aimer un autre que mon mari et l'envie d'avoir un amant me perturbait ! On se dit il y a bien plus grave sur terre, il va me prendre pour une "coureuse ou libertine"... Une fois cette honte dépassée, on arriev à s'en libérer et à bosser sur nous. tu peux voir sur mon blog que j'aurais encore beaucoup à faire pour aller mieux et savoir où je veux aller, avec qui... Dur dur la vie.
Au plaisir de te lire.
Vie secrète

 

Tout simplement, merci pour cette note.

 

Réponse à vero..

Tu as tout à fait raison... On peut faire un travail seul. Ca s'appelle réflexion, voire pour certain "auto-analyse". C'est bien, et on le fait tous les jours et heurreusement que nous sommes -quand même !- capable de gerer seul nos petites difficultés quotidiennes.
Mais l'insconscient est là... comme une partie de nous-même que nous ne connaissons pas, ou presque pas, ou si peu.
Et pour ouvrir cette "boite"-là, il est nécessaire qu'un autre soit là. un autre sans relation affective, un autre dont on ne sait rien, un autre qui ne sait de toi que ce que veux bien lui dire...

Les amis, femme, mari, parents, c'est super... mais ils nous aiment, et c'est un grand piège, cette affection, pour dire TOUT ce qu'on voudrait dire.

Mes clients me disent parfois "vous êtes dur", voire "vous ne m'aimez pas"... je leur répond que je ne suis pas là pour les aimer, mais pour les aider (j'ajoute parfois "pour vous aider à vous aimer, vous-même)

 

Merci pour cette note explicative.
Je suis touchée. Le coup de l'excuse, pour être honnête j'y ai pensé. Mais je crois aussi que la méthode, utilisée avec moi ne me convenait pas. (peut-être une autre excuse!!!)
Mais je n 'oublierai pas ce conseil "avoir le droit de vouloir aller mieux, même si on n'est pas au plus mal !!!"
Merci pour cela!!!

 

D'un autre côté, on paie le garagiste sans trop d'état d'âmes( c'est seulement douloureux pour le porte-monnaie) alors que le psy est parfois dur à payer:
pour moi, il m'est arrivé de partir sans payer, ou, une autre fois, de lui signer un chèque en blanc...Pourquoi ?

 

Oui tout à fait d'accord: nous n'avons pas à comparer les souffrances. Quand elle est là au fond de chacun, même si c'est pour une histoire de bouton elle est là tapie , l'autre n'a pas à la renier car ensuite la culpabilité de souffrir se met en place, c'est alors une souffrance qui s'ajoute à l'autre.Une fois le cap passé, c'est la propre personne qui hierachisera ses maux .

Publié dans Réflexions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blog Autisme 21/03/2014 06:29


Bonjour,


Ça plaît : tant mieux. Ça ne plaît pas : tant pis.


 


http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=Mon-bebe-n-est-pas-comme-les-autres-bebes


La suite ?


C'est parti !


http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=Psychose-vous-avez-dit-psychose


Au plaisir de vous lire dans les commentaires.


Bien cordialement,


Une personne autiste.